Dilbeek in oude prentkaarten/Dilbeek en cartes postales anciennes

Dilbeek in oude prentkaarten/Dilbeek en cartes postales anciennes

Auteur
:   Guy Ballet en Anne Abeels
Gemeente
:  
Provincie
:   Brabant
Land
:   België
ISBN13
:   978-90-288-0561-3
Pagina's
:   80
Prijs
:   EUR 16.95 Incl BTW *

Levertijd: 2 - 3 werkdagen (onder voorbehoud). Het getoonde omslag kan afwijken.

   


Fragmenten uit het boek 'Dilbeek in oude prentkaarten/Dilbeek en cartes postales anciennes'

<<  |  <  |  1  |  2  |  3  |  4  |  5  |  6  |  7  |  8  |  >  |  >>

INLEIDING

Via de rijksweg Brussel-Ninove, op zeven kilometer van Brussel, bereikt men Dilbeek. Terecht wordt deze gemeente één der schilderachtigste uit de omgeving van Brussel genoemd. Gelegen in het heuvelachtige landschap tussen de Dender- en de Zennevallei, was Dilbeek tot voor een tiental jaren een uitgesproken rustige landbouwgemeente.

Enkele duizenden jaren vóór onze jaartelling waren er reeds bewoners. De eerste echte woonkern is later ontstaan rondom of op de Molenberg, die in die jaren een vooruitgeschoven "houten" versterking was voor de bescherming van de stad Brussel. Omstreeks 1200 is in de streek van Dilbeek de St-Alenalegende ontstaan. Deze heilige leefde hier in het begin van de zevende eeuwen stierf de marteldood te Vorst bij BrusseL Heel de folklore van de gemeente staat in het teken van deze heilige. Ook werden vele plaatsen naar haar genoemd: de St.-Alenadreef,· de St-Alenatoren, de St.-Alenavijvers, het St.-Alenakasteel en de "Laiterie St.-Alène". Volgens de overlevering liggen de ouders van Sint Alena begraven onder de toren van de St.-Ambrosiuskerk.

Voor een buitenstaander mag Dilbeek dan niet erg belangrijk schijnen, meer dan eens kwamen er veel belangrijke personen op bezoek! Om er enkelen te noemen: keizer Karel V, Margaretha van Oostenrijk, Lodewijk XIV, de bisschoppen van Kamerijk ... Ook in de geschiedenis hebben Dilbeekse zonen meer dan eens een zeer belangrijke rol gespeeld.

Dit werkje behandelt Dilbeek in grootvaders tijd. De romantische periode van onze eeuw. De tijd van de eerste auto's, de met mooie bomen afgezette wandelpaadjes, de parken en de talrijke kasteeltjes. De tijd dat de tweeduizend inwoners van Dilbeek de keuze

hadden uit meer dan honderd cafés. De vrolijke periode waarin men op jacht ging en de droevige periode van de bezetting ... Het is moeilijk in 76 afbeeldingen een volledig beeld te geven van "Dilbeek anno 1900" ... daarom hebben we ook getracht de onderschriften zo volledig mogelijk te maken.

Onze oprechte dank gaat uit naar de heer Gustave Abeels, die ons een groot deel van de afbeeldingen bezorgde, evenals naar de verschillende vriendelijke Dilbekenaars die ons bij de verwezenlijking van dit boekje, door het geven van waardevolle informatie, heel veel geholpen hebben.

Onze wandeling vangt aan op de Ninoofsesteenweg. Via de Verheydenstraat begeven we ons naar de kerk, waar we even vertoeven. Daarna gaat onze tocht verder naar het kasteel met het mooie park. We wandelen verder langs de mooie kasteeltjes en pachthoven van Dilbeek om via de Mont Thabor, het station en de renbaan in de herberg "Sleutelplas" onze excursie te beëindigen.

INTRODUCTION

On ne s'imagine pas à quel point Dilbeek a changê depuis un demi siècle, Ecoutez ce que Georges Eekhoud en disait, en mai 1897, dans "La Réforme":

"C'est de ce cötê que les amateurs désintéressés de la campagne, les fervents de rusticitê, dirigent leurs pas en dédaignant cette banlieue plus courue, pèlerinage des promeneurs dominicaux, oü sévissent ces affreuses villas qui déshonorent les plages à la mode et la lisière de la forêt de Soignes! C'est au nord et à I' ouest de Bruxelles que se retrouve encore la campagne sans alliage citadin. C'est là qu'on a l'impression de vraies ferm es, de vraies chaumières et de vrais paysans. Là encore il y a des rideaux et des bouquets

d'arbres." Si, de tout temps, Dilbeek fut un village d'une airnable rusticité, il faut constater qu'à partir du dix-neuvième siècle les choses vont changer.

Le premier êlêment qui influencera profondément l'avenir de cette petite bourgade rurale sera la construction, en 1828 - sous Ie rêgne de Guillaume Ier des Pays-Bas - de la route de Bruxelles à Ninove. Elle aura comme avantage de mettre les petits cultivateurs de fraises en communication facile avec Ie marché matinal de Bruxelles (un tram "de nuit" les amenait très tot dans les cnvirons du marché-auxgrains). Mais eet avantage sera doublé d'un inconvénient - et non des moindres! -: celui de "couper" littéralement Ie village en deux. Remarquez comme la chaussée n'est traversée qu'en très peu d'endroits par les anciennes voies de communication.

Un second point qu'il est intéressant de retenir est Ie fait que Bruxelles, co mme la plupart des autres grandes villes d'ailleurs, s'est développée vers l'est. Ceci a permis de sauvegarder jusqu'il y a peu Ie caractère agreste et rustuque d'une localité située aux portes mêmes de la grande ville. Voilà bien une con station heureuse! D'autre part, et nous en arrivons ainsi au troisième point important quant au développement de Dilbeek, si dans des communes comme Anderlecht, Forest et Molenbeek-Saint-Jean, la révolution industrielle du début du dix-neuvième sièc1e a amené industries, manufactures et conséquemment, afflux de population ouvrière avec construction d'habitations, cette même révolution n'eut aucun effet à Dilbeek: les industries y furent, et y sont pratiquement inexistantes. Dès lors, ne nous étonnons point de ce que de nombreux industrieis, commerçants ou artisans des faubourgs aient choisi cette commune pour y installer un chalet, une maison de campagne ou même, un chäteau ...

Voilà Ie caractère que Dilbeek avait pu garder jusqu'à l'époque de la dernière guerre. Mais les temps changent, hélas! Les gens aussi, d'ailleurs et la modernisation n'épargne pas nos campagnes.

Qu'est-ce qui modifia - oserions-nous dire "mutila"? - profondément notre chère commune? D'abord les routes rapides: la chaussée de Ninove, que nous voyons sur nos cartes Nos 6 et 7 est maintenant une "route expresse à quatre bandes" et, si des panneaux géants de limitation de vitesse la jalonnent d'un bout à l'autre de la commune ou si les riverains arborent Ie drapeau noir, c'est pour rappeier que cette "route de la mort" a fait payer aux habitants un lourd tribut aux exigences de son trafic intense.

Une dernière cause de l'altération de la morphologie de la commune est la chertê des terrains à bätir dans l'agglomeration peu après la guerre et la relative modicité du prix des terrains à Dilbeek. 11 y eut de ce fait un envahissement de promoteurs, de lotisseurs et de constructeurs qui, sans désemparer, morcelèrent et construisirent dans tous les coins de la commune. 11 faut dire que quelques gros fermes de nombreux propriétaires terriens encouragèrent des initiatives et que beaucoup y trouvèrent leur compte ...

Enfin, "last but not least", la grande crise que traverse la petite paysannerie et les cultures fruitières - les fraises en font partie - ont fait que de nombreux petits ferm iers ont prêféré abandonner la petite exploitation familiale - à la plus grande joie de Sicco Mansholt - pour chercher en ville du travail à I'usine, Aussi, malgrê la nostalgie qui émane des paysages représentés par les cartes de notre petit album, il faut bien se dire que rien ne peut arrëter Ie progrès et, si d'aventure, vous vous promenez dans Dilbeek, ne soyez pas triste: Dilbeek est encore très belle!

LBEEK. - .. Le Roses ».

1. Villa "Les Roses" was één van de eerste villa's gelegen aan de Coudenaardenstraat. Ze was bewoond door de heer Jean Michiels die er bloemen kweekte. Hij was de "floriculteur" van de gemeente en hij bezorgde de bestelde bloemen aan huis met paard en koets. Ietsje verder lagen de "serres van den aae beurgemiester".

Déjà à cette époque Dilbeek est une oasis de paix et de verdure pour les citadins fatigués. Témoin, cette villa "Les Rosés", Ie long du "Kaudenaerde"? Non! En fait il s'agit ici des installations de floriculture de J. Michiels. Qui s'aventurerait encore sur la chaussée de Ninove avec une voiture de livraison "à un cheval"?

Dilbeek La Vigie

?.

2. In "La Vigie" woonde baron René de Viron, de broer van burgemeester baron Robert de Viron. Hij handelde in bouwmaterialen. In de omstreken van Dilbeek en in de gemeente zelf noemde men hem "Pietche de matscher" of .Pietche Mach". Het gebouw, dat heden ten dage nog bestaat, was toen omringd door een groot oppervlak aan niet-bebouwde grond.

Si on peut dire qu'il est vaste et spacieux on n'oserait affirmer qu'il soit une réussite architecturale. Situé sur un des points cu1minants du village, il domine la campagne environnante; son nom: "La Vigie". Habité par René de Viron, frère de l'ancien bourgmestre Robert de Viron, rnieux connu sous Ie nom de "Pietche Mach". René faisait Ie commerce de matériaux de construction.

Een overblljtsel van Oud Dilbeek Spanjeberg

Un restant de 'Vieux Dilbeek.

3. Dit zijn de gekende Spaanse huisjes op de Spanjeberg. In het linker huisje woonde mijnheer De Winter "de loisch". Hij was de eerste "lampist" van Dilbeek. 's Avonds toog hij rond om al de gaslantarens te ontsteken. Het huisje aan de rechterkant was bewoond door "Treppentruul" (J efke Truul). Spijtig genoeg is dit laatste reeds geruime tijd afgebroken ...

Traversons la chaussée et deseendons lentement vers Ie village en empruntant Ie "Spanjeberg". La vue est tout de suite attirée par deux petites constructions rurales aux murs de torchis et au toit de chaume. Elles datent de l'époque oü Dilbeek n'était encore qu'un gros bourg agricole. L'une de ces humbles demeures nous a été transmise intacte; elle était habitée autrefois par M. De Winter, "lampiste" de son état.

Intérieur du vit1age.

L, L:I,:U~ll, JJrux. . . ~

4. Hier op de markt zien wij aan de linkerzijde de herberg van de familie De Ridder, "De Biekens". In de herberg "In het Raadshuis" was het eerste gemeentehuis van de gemeente. In de laatste kamer (links in beeld) waren de dossiers opgestapeld. Later, toen de ruimte echt te klein werd, werden ze overgebracht naar de andere zijde van de straat, waar ze werden opgeborgen.

Et nous voici arrivés à la place du village. On a planté pour na us un véritable décor; rien n'y manque: l'église, quelques auberges, deux beaux ormes et les gamins qui posent pour Ie photographe. Deux auberges: "In het Raadshuis", qui sert aussi de maison communale et "De Biekens", exploitée par la famille De Ridder. Mais chose étonnante: n'est-ce pas un puits d'allure campinoise que l'on aperçoit derrière les arbres?

~ Di'beek

De fru:tma-;"

Le Marc.hé aux ':'"c.. :5.

5. De aardbeienmarkt was tot ver in het rond gekend. Vele mensen van Brussel kwamen hier in de namiddag, als de markt op volle toeren draaide, om zich van deze Dilbeekse specialiteit te voorzien. In Dilbeek werd in 1905 het syndicaat van de aardbeienkwekers opgericht. Het was de eerste maal dat dit in België gebeurde. De man met de strooien hoed, onder de boom rechts, is Gust van Everbroeck, de champetter.

Grande activité sur la place, ce jour de marché - marché aux fraises -, faut-il le préciser? Les marchandages vont déjà bon train au premier plan, alors que Ie garde-champêtre - en chapeau de paille! - n'a pas encore annoncé officiellement l'ouverture; toujours aussi indisciplinés, les Dilbeekois! Signalons au passage que c'est à Dilbeek que fut fondé en 1905 Ie premier syndicat pour l'amélioration de la culture fraisière.

6. De steenweg Brussel-Ninove was in de vorige eeuw afgeboord met prachtige olmen. Door een boom ziekte moesten ze echter in 1898 verdwijnen. Met de stoomtram kon men van hieruit in drie kwartier Brussel bereiken. Enkele malen is de tram ontspoord, dat risico moest men er maar bij nemen ... De wissels waren nog niet zo heel erg betrouwbaar.

Reprenons la chaussée de Ninove et cheminons vers la hauteur, à l'ombre des ormes magnifiques, morts de. maladie en 1898. Le pavé n'était pas très large - à peine quatre mètres - mais suffisait amplement à absorber Ie trafic de l'époque. A droite, Ie village s'étend en contrebas de la route.

7. Soms zag men de stoomtram hier met zes volle wagons voorbijtuffen. Iedere keer als er op de weg een lichte helling was moest een deel van de reizigers uitstappen om de tram over die oneffenheid heen te helpen. Men was nooit zo erg gehaast en in Brussel aankomen deed men toch! Rechts zien we het dak van Jacobs' smidse in de Preutelstraat (nu Oude-Smidsestraat)

Seule modification apportée à l'aspect original de la route de Ninove - datant de 1828 -: Ie rail qui fait deviner un chemin de fer vicinal. La cöte est dure à monter pour la petite locomotive à vapeur traînant parfois jusqu'à six wagons. 11 n'est pas rare à cette époque de voir s'allumer de petits ineendies provoquées par les flamèches s'échappant de la machine ...

Ditbeek Chaussée de Ninove Dilbeek centre,

L. a't~wrl. Brox. _ N. 4..

8. Rechts op de foto zien wij de herberg" In de Eendracht". Deze was het eigendom van kasteelheer Henri Moeremans en werd uitgebaat door Mr. De Knop. Buiten het werk in het drankhuis maakte deze laatste ook manden. In de zaal (links) was het op kermisdagen steeds bal. Het tweede huis van links is "Den Oude Bareel" van F. Van Laken waar 's zondags op de koer gebold werd.

Henri Moeremans, chätelain, possède Ie long de la chaussée une auberge bien achalandée:

"In de Eendracht"; elle est exploitée par un certain De Knop qui, les jours de kermesse, améliore son ordinaire en organisant de grands bals populaires. eet hamme étonnant est aussi vannier à ses heures!

<<  |  <  |  1  |  2  |  3  |  4  |  5  |  6  |  7  |  8  |  >  |  >>

Sitemap | Links | Colofon | Privacy | Disclaimer | Leveringsvoorwaarden | © 2009 - 2017 Uitgeverij Europese Bibliotheek